Startups Weekly: la toxicité d'Oyo + un adieu

Bienvenue à Startups Weekly, une newsletter du week-end qui plonge dans les startups et les actualités du capital-risque de la semaine. Avant de passer au sujet d'aujourd'hui, rattrapons-nous un peu. La semaine dernière, j'ai écrit sur les startups que nous avons perdues en 2019. Avant cela, j'ai noté les moments déterminants de VC en 2019.

Malheureusement, ce sera ma dernière newsletter, Je quitte TechCrunch pour une nouvelle opportunité. Ne vous inquiétez pas, Startups Weekly ne va nulle part. Un nouvel écrivain reprendra la mise à jour hebdomadaire assez tôt; en attendant, TechCrunch l'éditeur Henry Pickavet sera à la barre. Vous pouvez toujours me contacter sur Twitter @KateClarkTweets.

Si vous êtes nouveau ici, vous pouvez vous abonner à Startups Weekly ici. Beaucoup de bons contenus viendront à vous en 2020.


L'Inde WeWork?

Cette semaine, le journaliste de TechCrunch, Manish Singh, a rédigé un article intéressant sur l'état des startups indiennes: alors que les startups indiennes lèvent des capitaux record, les pertes augmentent (l'adhésion Extra Crunch est requise). Il y affirme que les performances financières des plus grandes startups indiennes sont préoccupantes. Des joyaux comme Flipkart, BigBasket et Paytm ont perdu 3 milliards de dollars collectifs l'année dernière.

«Ce qui est particulièrement gênant pour les startups, c'est qu'il n'y a pas de chemin clair pour savoir comment elles pourraient générer de gros profits», écrit-il. «Les entreprises de la Silicon Valley, par exemple, sont entrées et se sont développées en Inde ces dernières années, investissant des milliards de dollars dans des opérations locales, mais l'Inde n'a pas encore apporté de contribution substantielle à ses résultats. Si ce n'était pas assez difficile, de nombreuses startups indiennes rivalisent directement avec les géants de la Silicon Valley, ce qui, bien qu'impressionnant, est une entreprise coûteuse. »

L'histoire de Manish est arrivée un jour après le New York Times a publié un rapport détaillé sur Oyo, une chaîne d'hôtels économiques à la pointe de la technologie et étoile montante de la communauté technologique indienne. Le NYT a écrit que Oyo propose des chambres non autorisées et a soudoyé des fonctionnaires de police pour dissuader les problèmes, entre autres pratiques toxiques.

Que ce soit Oyo, soutenu par des milliards de la SoftBank Vision Fund, qui deviendra WeWork en Inde, est la véritable source de préoccupation. L'écosystème de démarrage de l'Inde est susceptible de faire face à un certain nombre d'obstacles au fur et à mesure qu'il grandit pour rivaliser avec des gens comme la Silicon Valley.

Suivez Manish ici ou sur Twitter pour en savoir plus sur la couverture croissante de TechCrunch en Inde.


Faits saillants du capital-risque (la semaine a été lente)

  • Le loft du Brésil obtient 175 millions de dollars de l'A16Z, Vulcan
  • Shipfix lève 4,5 millions de dollars pour sa plateforme d'expédition de cargaisons sèches
  • InsightFinder obtient 2 millions de dollars pour automatiser la prévention des pannes
  • Les 5 plus grands tours de la technologie en 2019
  • Un aperçu des plus grandes rondes de capital-risque de l'Utah en 2019
  • Dans l'ombre d'Amazon et de Microsoft, les startups de Seattle passent un moment

Comment trouver le bon journaliste pour lancer votre startup

Si vous n'êtes toujours pas abonné à Extra Crunch, c'est le moment. Journaliste et éditeur de longue date de TechCrunch Josh Constine lance une nouvelle série pour vous apprendre à organiser votre startup. Il y examinera les embargos, les exclusivités, les visuels du dossier de presse, les questions d'entrevue et plus encore. Le premier de nombreux, Comment trouver le bon journaliste pour lancer votre startup, est en ligne maintenant.

Abonnez-vous à Extra Crunch ici.


#EquityPod

tc actions podcast ios 2 1

Une autre semaine, un nouvel épisode du podcast axé sur le capital-risque de TechCrunch, Equity. Cette semaine, nous avons discuté de quelques-uns des plus grands scandales de 2019, de l'étrange publicité des fêtes de Peloton et de la controverse suscitée par la startup de bagages Away. Écoutez ici et assurez-vous également de vous abonner.

Pour tous ceux qui s'interrogent sur les changements chez Equity après mon départ de TechCrunch, le charmant Alex Wilhelm (co-hôte fondateur d'Equity) maintiendra le spectacle en vie et, bientôt, il y aura un tout nouveau co-hôte à ma place. Veuillez continuer à soutenir l'émission et assurez-vous de la recommander à tous vos amis adorateurs de podcasts.



Traduit de la source : https://techcrunch.com/2020/01/04/startups-weekly-oyos-toxicity-a-farewell/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.