Rocket Lab reporte sa prochaine mission en raison d’une pandémie de coronavirus

Rocket Lab est la dernière nouvelle société spatiale à ressentir l’impact de la pandémie mondiale de coronavirus: le petit lanceur de satellites a annoncé mardi qu’il suspendrait son prochain lancement, une mission appelée «  Don’t Stop Me Now  » qui devait décoller du complexe de lancement 1 de Rocket Lab sur la péninsule de Mahia en Nouvelle-Zélande le 30 mars.

Le lancement est une mission de covoiturage qui comprend des satellites d’une gamme de clients, y compris la NASA, ainsi que les États-Unis. National Reconnaissance Office (NRO) et un satellite de démonstration de communications et de technologie construit par l’Université de Nouvelle-Galles du Sud, Canberra Space et le gouvernement australien. Rocket Lab dit qu’il a «le plein soutien de [its] les clients en pause des opérations », et qu’il collaborera avec le gouvernement néo-zélandais et les responsables de la santé, ainsi qu’avec ses clients, pour déterminer un nouveau calendrier pour la mission, avec le lanceur et les systèmes au sol prêts à« rester dans un état de préparation au lancement »pour le moment.

Rocket Lab a déclaré dans son communiqué sur le retard qu’il avait pris cette décision à la lumière de l’annonce du gouvernement néo-zélandais du 23 mars selon laquelle il intensifierait sa réponse COVID-19 au niveau 4 à partir du mercredi 25 mars, ce qui signifie que tout le monde devrait efficacement rester à la maison, tandis que toutes les entreprises non essentielles sont fermées et les événements sont annulés.

L’entreprise, qui a été fondée en Nouvelle-Zélande mais qui possède désormais un siège social à Los Angeles, a également déclaré[s]«La décision de prendre ce niveau d’action afin de stopper la propagation, et que son équipe travaille désormais majoritairement depuis son domicile, avec quelques personnels jugés indispensables restant sur site pour assurer la sécurité du site et de la mission.

Rocket Lab note également que, malgré l’arrêt de sa production de nouveaux lanceurs, il a adopté une approche de préparation des fusées et des rampes de lancement à l’avance afin de répondre aux exigences de réponse rapide de ses clients, de sorte qu’il dispose d’un stock de véhicules prêt même avec un arrêt de production.

Jusqu’à présent, la crise du COVID-19 a affecté certains lancements mais pas d’autres – SpaceX a effectué une mission Starlink la semaine dernière, par exemple, mais reportera un lancement prévu fin mars, tandis que l’ULA semble en voie de lancer jeudi un sixième satellite de communications de défense à haute fréquence pour le compte de l’US Space Force.

Traduit de l’anglais de https://techcrunch.com/2020/03/24/rocket-lab-postpones-next-mission-due-to-coronavirus-pandemic/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.