Pousses vertes pour les éditeurs de logiciels

Bonjour et bienvenue à notre regard matinal régulier sur les entreprises privées, les marchés publics et l’espace gris entre les deux.

Ce matin, nous recherchons des «pousses vertes» pour les éditeurs de logiciels. Les pousses vertes sont un argot financier pour des signaux positifs qui pourraient indiquer une reprise économique – ou une bonne nouvelle dans un plus grand recul. Vous pouvez même utiliser le terme avec sarcasme, notant peut-être que les demandes de chômage, bien que toujours élevées à des niveaux historiques, diminuent d’une semaine à l’autre: O2,5 millions d’emplois ont été perdus la semaine dernière! #signaux verts

Vous avez eu l’idée. Mais aujourd’hui, nous ne plaisantons pas. Hier, à la fin de la séance, l’indice de nuage Bessemer s’était rétabli à environ une baisse de 10%, au total, depuis le début de l’ère COVID-19. Étant donné que le même panier de sociétés cloud et SaaS était en baisse de 37,9% à son plus bas de 2020, sa reprise a été un peu monstrueuse.

Mais il y a un peu plus à creuser. Ce matin, nous avons analysé un ensemble de données d’enquête récentes et fascinantes de Stifel, une entreprise de gestion de patrimoine et de banque d’investissement. Le groupe technologique de l’entreprise a demandé à quelques centaines de «cadres technologiques, entrepreneurs et investisseurs» ce qu’ils voient sur le marché concernant le taux de désabonnement. Il y a de bonnes nouvelles pour les éditeurs de logiciels.

Et nous avons récupéré de nouvelles données de Crunchbase pour comprendre ce que nous savons du marché du capital-risque d’avril jusqu’à présent. Ce ne sont pas de mauvaises nouvelles!

Donc, quelques vibrations positives aujourd’hui, même si les marchés sont en baisse. Allons-y!

Signaux verts

On ne sait pas dans quelle mesure le taux de désabonnement au SaaS va se détériorer pendant la baisse actuelle du marché. TechCrunch a couvert le problème, en demandant aux investisseurs en capital-risque et en effectuant diverses enquêtes auprès des fondateurs sur ce qu’ils voient sur le marché. Les résultats sont prudents, un sondage indiquant que les trois quarts des fondateurs s’attendent à voir leur taux de rétention net chuter «d’au moins 3% et jusqu’à 20+». Ce n’était pas un bon signe.



Traduit de l’anglais de https://techcrunch.com/2020/04/21/green-shoots-for-software-companies/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.