OMERS Ventures annonce un nouveau fonds de 750 M $ pour investir en Amérique du Nord et en Europe

OMERS Ventures, la branche de capital-risque du Régime de retraite des employés municipaux de l’Ontario (OMERS), a mis sur pied un nouveau fonds de 750 millions de dollars pour investir en Europe et en Amérique du Nord.

Le véhicule d’investissement est plus important que les fonds européens et nord-américains précédents du groupe réunis. En 2019 OMERS Ventures a annoncé un fonds de 300 millions d’euros axé sur l’Europe (TechCrunch a couvert son lancement ici), et le dernier fonds nord-américain du groupe de risque valait 300 millions de dollars en 2017. Le nouveau 750 millions de dollars est un hybride, agissant à la fois pool de capitaux et la source de fonds à partir desquels il peut investir dans des startups nord-américaines.

Selon Damien Steel, associé directeur d’OMERS Ventures, la société a investi environ 100 millions de dollars canadiens dans le fonds européen d’origine, le reste étant désormais réservé aux investissements ultérieurs; Steel a déclaré à TechCrunch qu’il ne prévoyait pas que le montant total serait utilisé à cette fin.

Mais le différentiel restant est quelque peu insignifiant, car le collectif de capital-risque dispose d’un nouveau capital de trois quarts de milliard de dollars à mettre en œuvre. Selon Steel, OMERS Ventures a «consolidé [its] efforts et créé un nouveau fonds transatlantique. » L’espoir de la firme est que le capital partagé conduira à un groupe d’investissement plus cohérent que la création de deux fonds pour différentes équipes.

OMERS Ventures prévoit de déployer environ 200 millions de dollars par an en Europe et en Amérique du Nord, un rythme qui, selon Steel, sera similaire aux efforts précédents.

L’ère COVID

Je voulais pourchasser ce que Steel et la société font de différent dans la nouvelle ère. Quelque chose de nouveau est un état d’esprit légèrement différent concernant la piste. Au lieu de l’attente habituelle de 18 mois entre les tours, Steel a déclaré à TechCrunch que les attentes et la planification s’allongent à 24 mois ou plus entre les événements capitaux – suffisamment de liquidités pour traverser le ralentissement actuel.

Heureusement pour Steel et son entreprise, certaines sociétés du portefeuille d’OMERS sont bien capitalisées, le capital-risqueur ayant déclaré à TechCrunch lors d’un appel que «les sociétés [his firm has] investis dans un ont vraiment profité de la quantité exceptionnelle de liquidités qui a été disponible sur le marché au cours des deux dernières années », avec certaines de leurs start-up en fin de compte« assis sur pas mal de liquidités car sans doute elles ont trop levé en 2019 et 2018 . « 

Le capital était bon marché, note Steel, de sorte que de nombreuses entreprises ont accepté ce qui était proposé. Le résultat? De nombreuses startups qui entrent dans la récession de 2020 ont des comptes bancaires bien approvisionnés. Bien sûr, tous ne se sont pas levés juste avant que les choses empirent. Les entreprises qui n’ont pas lutté peuvent

Étant donné que le nouveau fonds OMERS Ventures a l’intention d’investir à la fois en Amérique du Nord et en Europe, je voulais savoir ce qui diffère entre les deux régions aujourd’hui alors que la pandémie COVID-19 continue de faire des ravages économiques. Pour moi, le fait que l’Europe se porte aussi bien qu’elle est remarquable, Steel notant que «l’environnement de financement est resté plus actif en Europe qu’aux États-Unis».

Il voit une activité «saine» en Europe autour des étapes des séries A et B. Il n’est peut-être pas surprenant, alors, que Steel ait déclaré à TechCrunch que la pression d’évaluation des startups qu’il est facile de trouver sur la scène des entreprises nord-américaines n’est pas aussi difficile en Europe. Steel a noté que les baisses de 20% et 30% des multiples d’évaluation aux États-Unis et au Canada par rapport aux niveaux antérieurs sont courantes, tandis qu’en Europe «c’est nettement moins que cela».

Pour les fondateurs, il est probable que de nouveaux fonds d’échelle se rassemblent. OMERS Ventures prévoit avoir conclu huit transactions de son nouveau fonds «d’ici un mois», un rythme rapide compte tenu de son âge.

Divulgation: OMERS Ventures a investi dans Crunchbase, mon ancien employeur.



Traduit de l’anglais de https://techcrunch.com/2020/04/27/omers-ventures-announces-a-new-750m-fund-for-investing-in-north-america-europe/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.