NextView Ventures lance un accélérateur à distance pour les startups

Au cours du week-end, le leader de la Silicon Valley Marc Andreessen rompit son silence habituel et donna quelques conseils à la Silicon Valley: Il est temps de construire. Le célèbre investisseur a exhorté les PDG, les entrepreneurs et les investisseurs à accueillir de nouvelles entreprises dans leurs cercles.

Le blog détaille des conseils de haut vol qui pourraient chacun atterrir sous un angle unique selon l’endroit où vous vous asseyez. Mais alors que les investisseurs en capital-risque se précipitent pour prouver qu’ils sont ouverts aux affaires, le véritable test de nos jours est un peu plus ancré: couper les chèques et les feuilles de conditions signées.

Les mots sont étrangement similaires à la thèse de NextView Ventures, une société de capital-risque basée à Boston, et son nouveau programme d’accélérateur à distance, a annoncé aujourd’hui.

«Au cours de la crise COVID actuelle, nous avons vu de nombreux VCs déclarer publiquement qu’ils étaient« ouverts aux affaires », mais nous voulions mettre notre argent là où se trouve notre bouche», selon un partenaire David Beisel.

En utilisant l’argent affecté à son fonds actuel, NextView investira 200 000 $ pour une participation de 8% dans moins de 10 startups de pré-amorçage et d’amorçage. Le programme sera entièrement virtuel et investit dans des fondateurs qui stimulent le changement dans la «vie quotidienne des gens ordinaires».

Rob Go, le co-fondateur de NextView, a tweeté à propos du lancement aujourd’hui.

L’accélérateur NextView est lancé à un moment où les incubateurs historiques comme Y Combinator et 500 Startups repensent leurs stratégies indépendantes. Aujourd’hui, Y Combinator a annoncé sa prochaine le lot sera entièrement distantet le mois dernier, 500 startups ont déclaré il abandonne son modèle de cohorte.

La firme a également déclaré publiquement ce qu’elle n’aimait pas des programmes d’accélérateurs traditionnels, comme les gros lots et les jours de démonstration flashy.

«Les accélérateurs étaient à leur meilleur lorsqu’ils étaient petits et intimes. Le lot initial de YC ne comptait que huit entreprises », a déclaré Beisel à propos du petit nombre de participants. « Mais au fil du temps, les accélérateurs sont devenus plus un jeu de nombres. »

Beisel « Les journées de démonstration des accélérateurs traditionnels sont à l’origine un moyen de présenter les startups aux investisseurs de suivi, mais ont finalement évolué en un spectacle élaboré tentant de satisfaire de nombreux électeurs. »

Pourtant, une vérité inévitable sur les jours de démonstration est qu’elle relie les startups aux fondateurs et, idéalement, cette première vérification. Que se passe-t-il pour réussir si vous n’avez pas de salle bourdonnante de journalistes, de capital-risqueurs et de lumières vives sur les visages des fondateurs?

Après YC et 500 startups ont accueilli leurs premiers jours de démonstration virtuelle cette année, nous avons entendu des grognements de résultats mitigés. Combinateur Y la semaine dernière, il est passé de toujours investir dans les diplômés du YC à passer en revue au cas par cas, faisant allusion au conservatisme au sein de l’accélérateur.

NextView aborde également le financement post-accélérateur avec prudence. La firme dit qu’elle connectera sa petite cohorte aux investisseurs du prochain cycle, mais qu’elle « ne dirigera pas intentionnellement le prochain cycle de financement ». La société est franc sur son choix de ne pas diriger l’investissement de suivi pour «éviter les problèmes de signalisation potentiels pour les futurs financements». L’entreprise participera avec au moins au prorata de toutes les entreprises à tout cycle de financement ultérieur pour aider la cohorte.

Une lecture optimiste de cette décision est que NextView considère son accélérateur comme une fonction distincte de sa société d’investissement et veut être plus un assistant qu’un pipeline robuste pour le flux des transactions. Alternativement, cela pourrait signifier que l’entreprise ne veut pas sur-promettre du capital dans un temps imprévisible pour l’économie. Et dans le cas où il trouverait un joyau dans ce lot, il serait surprenant pour NextView de ne pas investir dans l’entreprise.

L’essentiel est que NextView lance un accélérateur et investit dans les startups à une époque où beaucoup ne le sont pas. Alors, en attendant de voir à quel point l’entreprise réussit à cultiver de jeunes startups avec des rendements mûrs, pour l’instant c’est en train de se construire. Et dans la nouvelle normalité d’aujourd’hui, la construction est un signe bienvenu.



Traduit de l’anglais de https://techcrunch.com/2020/04/20/nextview-ventures-is-launching-a-remote-accelerator-for-startups/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.