Les encres de Rocket Lab concluent un accord pour transporter en orbite le premier satellite de la startup japonaise Synspective

La start-up spatiale japonaise bien financée Synspective a fait appel au fournisseur de lancement Rocket Lab pour amener son premier satellite d’observation de la Terre en orbite. Le lancement est prévu pour fin 2020 et le StriX de la sociétéα l’engin sera la seule charge utile.

Synspective a été fondée en 2018 et à la mi-2019, elle avait levé environ 100 millions de dollars, ce qui en fait l’un des financements récents les plus réussis du pays. Il lui faudra cependant tout cela, et plus encore, pour réaliser son ambition d’une constellation de 25 satellites imageant régulièrement la planète entière.

Le nombre peut sembler faible par rapport à Planet et SpaceX, qui nécessiteront des centaines ou des milliers de satellites pour couvrir la Terre. C’est parce que le métier de Synspective ne fait pas d’observations visuelles ou n’offre pas d’accès à Internet, mais qu’il crée une image de la surface de la planète à l’aide de ce que l’on appelle un radar à ouverture synthétique.

Cette technique difficile utilise le mouvement du satellite pour imiter essentiellement une antenne beaucoup plus grande, lui permettant de produire des images très détaillées à travers la couverture nuageuse et d’autres interférences. Il peut également couvrir une zone beaucoup plus large qu’une caméra optique ou une antenne radio transmettant des données à des plats en surface.

Les satellites eux-mêmes pèsent chacun environ 100 kilogrammes et sont plus petits que les systèmes SAR existants – un avantage qui permet à Synspective d’utiliser un lanceur plus petit comme celui de Rocket Lab. Electron pour mettre ses oiseaux en l’air.

Le lancement n’est pas encore prévu, mais en tant que seul client, Synspective aura beaucoup de latitude pour choisir l’heure de lancement et l’orbite cible. «Nous sommes très heureux de travailler avec Rocket Lab, un pionnier dans le domaine des fusées», a déclaré le fondateur et PDG de Synspective, Motoyuki Arai, dans un communiqué de presse. « Nous sommes également reconnaissants de leur flexibilité dans l’acceptation de nos demandes sur l’orbite et la période de lancement du satellite. »

À l’heure actuelle, le plan n’est prévu que pour «fin 2020» et doit être lancé à partir du Launch Complex 1 de Rocket Lab en Nouvelle-Zélande, et non de son tout nouveau complexe aux États-Unis. Nous en saurons plus près de l’heure de lancement.

Rocket Lab attrape une scène Electron dans les airs, démontrant un élément clé de son plan de récupération de fusée

Traduit de l’anglais de https://techcrunch.com/2020/04/14/rocket-lab-inks-deal-to-carry-japanese-startup-synspectives-first-satellite-into-orbit/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.