Les employés d'Instacart organisent un boycott national pour rétablir un pourboire de 10% par défaut

Les travailleurs de la plate-forme de livraison d'épicerie Instacart organisent un boycott national de l'entreprise la semaine prochaine pour faire pression pour le rétablissement d'un pourboire par défaut de 10% sur toutes les commandes.

"Nous nous sommes battus pour un salaire équitable, mais Instacart continue de le baisser", lit un article Medium publié lundi par un groupe de travailleurs d'Instacart. «Afin de continuer à exécuter vos commandes, nous devons voir l'action d'Instacart.» Le groupe, composé des chauffeurs et autres contractuels qui achètent physiquement et livrent l'épicerie aux clients, demande aux personnes intéressées à aider la cause à utiliser le hashtag #DeleteInstacart sur les réseaux sociaux à partir du 19 janvier, et de supprimer l'application jusqu'à ce que l'entreprise rétablisse le pourboire de 10%. Les travailleurs encouragent également les clients à envoyer un courriel au PDG d'Instacart, Apoorva Mehta, pour exprimer leur mécontentement.

Sarah Clarke, l'un des principaux organisateurs du groupe, raconte Le bord ce n'est que la dernière volée de travailleurs déterminés à faire entendre Instacart. «Ils sous-estiment nous et nos pouvoirs; Je ne pense pas qu'ils aient réalisé que nous serions aussi persistants et bruyants », a déclaré Clarke. "Nous n'abandonnons pas."

Clarke dit que l'entreprise a réduit le salaire des travailleurs au cours des dernières années. Instacart a réduit le pourboire par défaut de 10 pour cent à 5 pour cent en 2016. Il a ensuite réglé un recours collectif avec les travailleurs pour 4,6 millions de dollars en 2017, et a accepté de rendre ses frais et sa structure de pourboire plus transparents. En 2018, Instacart a introduit une structure de rémunération qui, selon Clarke, était source de confusion pour les travailleurs, a entraîné une baisse de salaire pour la plupart de ses travailleurs et a conduit à des accusations de vol de pourboire.

L'entreprise a ensuite annulé cette politique après que les travailleurs ont noté que leurs pourboires étaient pris en compte dans le montant du paiement minimum garanti pour chaque transaction, une structure de basculement qui a également été utilisée par DoorDash et Amazon jusqu'à ce que les critiques et les pressions généralisées des militants du travail obligent les deux sociétés à modifier comment ils ont géré les pourboires. Après que les travailleurs aient organisé une grève de trois jours en novembre, Instacart a supprimé son programme de primes dans le cadre de ce que certains travailleurs considéraient comme des représailles pour l'action syndicale.

En janvier dernier, Mehta a déclaré à CNN Business qu'une introduction en bourse était «à l'horizon» pour l'entreprise; à ce moment-là, Instacart avait une valorisation d'environ 8 milliards de dollars. La plate-forme basée à San Francisco a été lancée en 2012 et s'est depuis étendue à l'ensemble des 50 États américains et au Canada. Elle s'associe à 20 000 magasins, dont de grandes chaînes comme Albertsons, Costco, Kroger, CVS et Wegmans.

Clarke dit qu'elle et d'autres organisateurs de l'action de protestation sont conscients qu'ils risquent d'être expulsés de la plate-forme en repoussant l'entreprise. "Nous sommes d'accord avec cela", a-t-elle déclaré. «Nous sentons simplement que nous continuons à nous énerver de plus en plus, et nous avons l'impression que chaque fois qu'ils nous ignorent, nous attirons plus de travailleurs à la cause.»

Instacart n'a pas répondu à une demande de commentaire.

Traduit de la source : https://www.theverge.com/2020/1/13/21064108/instacart-workers-organizing-tip-protest-delivery-default

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.