Les compagnies de croisières interdisent aux détenteurs de passeports chinois de craindre un coronavirus

Royal Caribbean et Norwegian Cruise Lines interdisent aux passagers de leurs navires de croisière qui détiennent des passeports de Chine, de Hong Kong ou de Macao "jusqu'à nouvel ordre" en raison de l'épidémie de coronavirus, ont annoncé vendredi les sociétés. Norvégien raconte Le bord il interdit également aux membres d'équipage qui détiennent l'un de ces passeports.

De plus, Royal Caribbean dit qu'elle n'autorisera aucun invité ou membre d'équipage à bord d'un de ses navires s'ils ont voyagé «de, vers ou à travers» la Chine, Hong Kong ou Macao au cours des 15 derniers jours, indépendamment de nationalité – ou toute personne qui est entrée en contact avec une personne qui s'est rendue dans ces lieux au cours de la même période. Le Carnaval suivrait apparemment une directive similaire établie par le groupe professionnel de l'industrie des croisières, mais n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaires. Norwegian Cruise Lines va encore plus loin, affirmant qu'elle ne permettra pas aux clients ou aux membres d'équipage de monter à bord s'ils ont voyagé dans ces endroits au cours des 30 derniers jours.

La nouvelle survient après qu'au moins trois navires de croisière se sont heurtés à des épidémies ou à des crises de coronavirus au cours des derniers jours, dont deux ont été mis en quarantaine.

Vendredi matin, 27 ressortissants chinois ont été dépistés pour le virus sur l'un des navires de Royal Caribbean, l'hymne des mers, après avoir accosté dans le New Jersey. Quatre de ces passagers ont été envoyés dans un hôpital local pour une observation plus approfondie, mais aucun cas de coronavirus n'a été confirmé.

L'hymne des mers était censé partir pour un nouveau voyage samedi, mais cela a maintenant été retardé; Royal Caribbean offre aux passagers de ce voyage «un remboursement d'un jour sous forme de crédit à bord» plus «un crédit au prorata» si les passagers «ont acheté à l'avance des forfaits tels que des boissons, Internet ou des repas». Royal Caribbean et Norwegian Cruise Line n'ont pas immédiatement répondu aux questions sur ce qu'ils font pour les clients qui ont été interdits mais avaient déjà planifié un voyage.

Les passagers d’Anthem of the Seas ont jusqu’ici mieux réussi que ceux du navire Diamond Princess de Carnival, qui est actuellement mis en quarantaine jusqu'au 19 février au large de Yokohama, au Japon, après la confirmation de 61 cas du nouveau coronavirus. Un troisième navire, appartenant à la branche touristique du conglomérat malaisien Genting, est actuellement mis en quarantaine à l'extérieur de Hong Kong après qu'au moins huit cas de coronavirus ont été confirmés.

Il y a eu plus de 30 000 cas confirmés de nouveau coronavirus depuis le début de l'épidémie fin janvier, la majorité en Chine. Au moins 638 de ces personnes sont décédées, tandis que plus de 1 700 personnes se sont rétablies.

Dans les semaines qui ont suivi le début de l'épidémie, le gouvernement américain a essayé de limiter les voyages en Chine et de mettre en place des dépistages et des quarantaines pour réduire les chances d'admettre des personnes plus contagieuses dans le pays. Le Département d'État américain a initialement averti les Américains de ne pas se rendre en Chine, et a dit aux citoyens qui étaient déjà là «d'envisager de partir en utilisant des moyens commerciaux».

Le secrétaire américain à la Santé et aux Services sociaux, Alex Azar, a depuis déclaré une urgence de santé publique, et le gouvernement a commencé à détourner des vols de la Chine vers les États-Unis vers sept aéroports pour un filtrage avancé. Le président Trump a suivi cette décision en proclamant que tout ressortissant étranger qui tenterait d'entrer aux États-Unis dans les 14 jours suivant son voyage en Chine serait refoulé.

À leur tour, toutes les grandes compagnies aériennes américaines qui opèrent des liaisons vers et depuis la Chine ont suspendu ces vols, tout comme un certain nombre de compagnies aériennes internationales comme Lufthansa et Air Canada.

Aucune de ces compagnies aériennes n'est allée jusqu'à refuser de voyager en Chine, à Hong Kong ou à Macao avant de suspendre leurs vols. Mais les compagnies aériennes opèrent également sur un marché mondial beaucoup plus diversifié et compétitif. Royal Caribbean et Norwegian Cruise Lines, quant à eux, représentent collectivement plus de 30% du marché mondial des navires de croisière, derrière seulement Carnival, et sont donc dans une position beaucoup plus puissante pour prendre des mesures aussi radicales.

Traduit de la source : https://www.theverge.com/2020/2/7/21128468/ships-coronavirus-ban-royal-caribbean-norwegian-cruise-outbreak-passports

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.