Les actions ont fortement chuté aujourd’hui, entraînant une volatilité encore plus indésirable pour les actions technologiques

Êtes-vous fatigué des rapports TechCrunch sur les fluctuations quotidiennes du marché boursier? Eh bien, nous en avons assez d’écrire à leur sujet. Et pourtant, nous y sommes, parce que Stonks a encore une fois fait des choses folles dont nous devons parler.

Les marchés hésitent encore quant à l’effet que le nouveau coronavirus à propagation rapide, COVID-19, aura sur l’économie. Et les États-Unis déterminent toujours exactement combien de personnes dans le pays ont été infectées par le virus et à quel point elles doivent réagir de manière agressive. Jusqu’à présent, les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis ont identifié 99 cas dans 13 États américains. Dix personnes sont mortes du virus.

Au cas où vous auriez manqué notre dernière demi-douzaine de messages sur les sauts et les baisses sauvages du marché boursier, nous écrivons à ce sujet parce que les startups que nous connaissons et aimons n’existent pas dans le vide. Ce qui se passe sur les marchés publics a un impact sur les marchés privés, aidant à établir des évaluations par le biais de compositions et à façonner le sentiment. Et le monde du financement des startups n’est pas séparé du reste de l’économie (autant qu’il le souhaiterait parfois).

Donc, quand quelque chose de très bon, ou, comme aujourd’hui, très mauvais arrive, nous en prenons note. Ce qui suit est le TechCrunch Public Market Guide for Private Market Folks, édition du 5 mars 2020.

Les investisseurs passent des malheurs du coronavirus aux victoires de Biden alors que les marchés se redressent sur les résultats du Super Tuesday

Qu’est-il arrivé?

Le son que vous avez entendu émanant du sud de Manhattan aujourd’hui, qui ressemblait à un millier de plats se brisant à la fois, était tous les principaux indices à l’unisson. Voici les dégâts (données CNBC):

  • Dow Jones Industrial Average: -969,58, soit 3,58%
  • S&P 500: -106,18, soit 3,39%
  • Composite Nasdaq: -279,49, ou -3,10%

Le Nasdaq fermé à 8 738 et change, ce qui le rend encore richement évalué par rapport à, il y a quelques années. Mais ce qui ne s’est pas produit, c’est un retour à des records récents. Les actions technologiques ont chuté et, malgré les récents échanges, elles ont ne pas récupéré tout leur terrain perdu.

Les sociétés SaaS ont à peu près la même apparence, ayant perdu de l’altitude par rapport à une gamme de négociation récente (grande, mais qui est également devenue régulière dans ses énormes fluctuations ponctuelles et en pourcentage), ce qui représente un écart matériel plus faible qu’auparavant. Les actions technologiques ont largement refacturé.

La baisse des valorisations pourrait être une nouvelle norme, même si certains analystes estiment que le fond n’a pas encore complètement disparu du marché. Facebook, Apple, Amazon, Alphabet et Netflix ont tous baissé entre 2,5% et près de 5%, Alphabet abandonnant le plus de terrain, perdant 4,84% de sa valeur (en baisse de 66,84 $) pour clôturer à 1314,76 $.

Il est impossible de prédire comment les marchés évolueront ensuite. Le Congrès américain a autorisé une enveloppe d’aide de 8,3 milliards de dollars pour soutenir la réponse du gouvernement à la maladie, mais alors que les entreprises se débattent avec leurs réponses à la maladie, il convient de noter que la productivité est inévitablement affectée. Les questions sont combien et pour combien de temps.

Lyft est la dernière entreprise de technologie à avoir renvoyé des employés chez eux pour un coronavirus

Traduit de l’anglais de https://techcrunch.com/2020/03/05/stocks-fell-sharply-today-briring-yet-more-unwelcome-volatility-to-tech-shares/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.