Le procureur général de NY appelle les mesures COVID-19 «inadéquates» d’Amazon et les politiques du travail «effrayantes»

Le bureau du procureur général de New York aurait envoyé une lettre sévère à Amazon dire à l’entreprise que les mesures qu’elle a prises concernant la pandémie de COVID-19 «sont si inadéquates qu’elles peuvent violer plusieurs dispositions de la loi sur la santé et la sécurité au travail», et licencier des travailleurs franc-parler envoie «un message menaçant aux autres employés».

La lettre, non encore publiée mais obtenue par NPR (j’ai demandé à NY AG de confirmer le contenu), est uniquement informative et ne constitue pas une action en justice. Mais le libellé est suffisamment fort pour suggérer qu’une action en justice pourrait être la prochaine étape.

Alors que nous continuons d’enquêter, les informations dont nous disposons jusqu’à présent suscitent des inquiétudes quant au fait que les mesures de santé et de sécurité prises par Amazon en réponse à la pandémie de COVID-19 sont si inadéquates qu’elles peuvent violer plusieurs dispositions de la loi sur la sécurité et la santé au travail.

Ce sont précisément les préoccupations soulevées par de nombreux employés d’entrepôt au cours des deux derniers mois, dont Chris Smalls, qui a été licencié en mars après avoir protesté contre les conditions dans l’établissement où il travaillait.

Amazon dit que Smalls n’a pas été licencié pour avoir dérangé les travailleurs. Pourtant, lors d’une réunion à laquelle assistait Jeff Bezos, le conseiller juridique de l’entreprise a suggéré de faire de lui «le visage de l’ensemble du mouvement syndical / syndical» avant de poursuivre avec «nos points de discussion habituels sur la sécurité des travailleurs».

(Amazon ne confirmerait ni ne nierait ces commentaires lorsque TechCrunch les a interrogés à ce moment-là, mais a fourni des excuses citées par la personne qui peut ou non les avoir dites.)

Deux autres employés francs ont été licenciés deux semaines plus tard pour «violation répétée des politiques internes». Naturellement, les points de discussion habituels ont suivi.

La lettre de NY AG indique que le bureau étudie les «cas de représailles illégales potentielles» et traite ce modèle comme suit:

Le Bureau a appris que de nombreux travailleurs craignent de faire part de leurs préoccupations après la cessation de l’emploi de M. Smalls. Il s’agit d’un message particulièrement dangereux à envoyer lors d’une pandémie, lorsque le discours effrayant des travailleurs sur les pratiques de santé et de sécurité peut littéralement être une question de vie ou de mort.

Amazon proteste régulièrement qu’il s’agit d’un parangon en matière de travail, mais il est tout aussi systématiquement contredit par des travailleurs, comme Smalls, qui ont expérimenté la réalité du travail dans ses entrepôts.

Amazon a publié ses «points de discussion habituels» à NPR en réponse à l’histoire, en disant: «Nous encourageons tout le monde à comparer les mesures de santé et de sécurité prises par Amazon et la vitesse de leur mise en œuvre au cours de cette crise avec d’autres détaillants.» Le procureur général semble prêt à répondre à cette invitation.

Des employés d’entrepôt d’Amazon se sont organisés pour exiger la prise de force et le coronavirus l’a remporté

Un rapport allègue qu’Amazon a travaillé avec l’Indiana pour minimiser les problèmes de décès et de sécurité d’un employé d’entrepôt



Traduit de l’anglais de https://techcrunch.com/2020/04/27/ny-attorney-general-calls-out-amazons-inadequate-covid-19-measures-and-chilling-labor-policies/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.