Le personnel de Charter a été prié de se présenter aux bureaux malgré des tests de coronavirus positifs

Personnel du géant des télécommunications Charter Communications doivent toujours travailler dans les bureaux de l’entreprise – contre l’avis du gouvernement fédéral – malgré au moins un employé dont le test de dépistage du coronavirus est positif et d’autres membres du personnel entrant en contact avec un autre cas confirmé.

Le géant du téléphone et d’Internet, propriétaire de la marque Spectrum, a doublé au cours de la semaine dernière sa politique visant à interdire à ses 15000 employés de bureau de travailler à domicile, incitant un ingénieur à cesser de craindre de contracter la maladie.

Des dizaines d’autres employés de Charter ont contacté TechCrunch au cours des derniers jours pour s’inquiéter de leurs conditions de travail actuelles. Le conseil actuel du gouvernement est d’éviter les rassemblements de 10 personnes ou plus et aux entreprises de permettre aux employés de travailler à domicile dans la mesure du possible.

Les employés à qui nous avons parlé ont déclaré que même si Charter a les moyens de permettre au personnel de travailler à domicile, les cadres hésitent à assouplir la politique. Le chef de la direction de la Charte, Tom Rutledge, a déclaré dans un courriel interne adressé au personnel cette semaine que les employés sont «plus efficaces du bureau».

Les employés affrétés affirment qu’ils sont contraints d’utiliser leur congé de maladie s’ils présentent des symptômes. D’autres sociétés, dont AT&T et Verizon (qui possède TechCrunch) permettent au personnel de travailler à domicile.

Des courriels internes et de la correspondance envoyés par plusieurs employés de Charter, qui ont demandé à ne pas être nommés par crainte de représailles de la part de l’entreprise, montrent que plusieurs employés dans des bureaux aux États-Unis ont montré des symptômes et ont été testés pour la souche de coronavirus, connue sous le nom de COVID-19.

Un employé d’un centre d’appels à Akron (Ohio) a également été testé positif pour COVID-19 mardi, selon un autre employé. L’employé a dit craindre que d’autres personnes ne soient exposées au virus car l’employé infecté avait été forcé de se rendre au bureau toute la semaine. La Charte a rejeté la demande.

Un autre e-mail envoyé au personnel de Charlotte, en Caroline du Nord, a déclaré qu’un employé s’était auto-isolé après avoir signalé des symptômes de coronavirus. On ne sait pas si l’employé s’est révélé positif. Gizmodo a rapporté mercredi qu’un employé de l’un des bureaux de Charter à San Diego avait subi des tests pour COVID-19. Les résultats des tests n’ont pas non plus été publiés.

Mais le personnel du bureau de Charter à New York a reçu l’ordre de continuer à travailler, malgré un cas positif de COVID-19 dans le bâtiment. Un e-mail envoyé mercredi à certains employés du bureau de New York a déclaré qu’un locataire d’un autre étage, qui utilisait les mêmes banques d’ascenseurs que les employés de Charter, avait un résultat positif pour COVID-19. Le locataire était le dernier dans l’immeuble le 5 mars, selon un avis de construction vu par TechCrunch.

Selon un employé, certains employés n’ont découvert le résultat positif que « l’un des bons gars l’a affiché dans l’ascenseur pour que d’autres le voient ».

Cameron Blanchard, un porte-parole de Charter, a refusé de commenter les questions individuelles des employés, et a affirmé que la société «suivait les directives du CDC», et a répété précédemment des observations selon lesquelles la société «réexamine quotidiennement les plans de continuité» et «s’adaptera en conséquence».

Le porte-parole a également demandé à TechCrunch de ne pas se fier aux «rumeurs» ou aux «sources anonymes». (Le porte-parole a déclaré que cela était «officieux», ce qui oblige les deux parties à accepter les conditions à l’avance, mais nous imprimons la réponse car nous n’avons eu aucune possibilité de rejeter.)

À l’heure actuelle, il y a plus de 214 000 cas mondiaux de coronavirus, avec quelque 7 700 cas signalés aux États-Unis.

Charter n’était pas la seule entreprise accusée cette semaine de mettre son personnel en danger. Cette semaine, il a été signalé que Best Buy a été contraint de réduire le nombre de clients dans ses magasins pour empêcher la propagation du virus après que le personnel se soit prononcé.

Mais là où Best Buy a changé sa politique, Charter reste ferme.

Un employé a déclaré que Charter était plus soucieux d’empêcher son personnel de parler aux médias. Un e-mail interne envoyé mercredi et vu par TechCrunch a déclaré que les employés ne devraient « pas fournir d’informations ou engager de nouvelles discussions avec les médias ou les investisseurs qui font des demandes ».

Cet employé s’est dit «déçu et honteux» de la façon dont Charter agit. « Tout cela reviendra éventuellement pour les mordre dans le cul », a déclaré l’employé.

Le personnel en colère alors que la Charte interdit le travail à domicile malgré la propagation du coronavirus

Traduit de l’anglais de https://techcrunch.com/2020/03/18/charter-coronavirus-offices/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.