Le Parlement européen demande au personnel vulnérable de télétravailler pour réduire le risque lié au COVID-19

Le Parlement Européen a demandé au personnel vulnérable ayant un problème de santé préexistant de travailler à domicile en raison de l’augmentation du risque personnel lié à l’épidémie du nouveau coronavirus COVID-19, selon des sources et un courrier électronique examinés par TechCrunch.

La Commission européenne a confirmé ses premiers cas de coronavirus la semaine dernière, après qu’un membre du personnel de l’Agence européenne de défense et un autre du Conseil de l’Union européenne se soient révélés positifs. Le premier est récemment rentré du nord de l’Italie, tandis que le second aurait attrapé le virus par transmission locale en Belgique.

Dans l’e-mail envoyé hier au personnel du Parlement européen, son organe administratif autorise tous les membres du personnel souffrant de «maladies préexistantes connues à rester chez eux et à faire une demande de télétravail».

Le personnel du Parlement qui s’est rendu dans une zone à haut risque de propagation de l’infection – répertorié dans l’e-mail: Chine, Hong Kong, Macao, Corée du Sud, Singapour, Iran, Japon et régions du nord de l’Italie – avait précédemment reçu l’ordre de s’isoler pendant 14 jours après son retour d’un voyage.

L’e-mail comprend quelques «clusters locaux» plus petits, notamment en France: les départements de l’Oise, de la Haute-Savoie, du Morbihan et du Haut-Rhin; et en Allemagne: Landkreis Heinsberg en Rhénanie du Nord-Westphalie – suffisamment actif pour mériter également l’auto-isolement.

«Si, au cours des 14 derniers jours, vous avez été dans l’une des zones ou des clusters qui ont été ajoutés, vous devez rester chez vous pendant 14 jours après votre retour», est la dernière instruction au personnel du Parlement. « Cela s’applique également si vous avez peut-être déjà été de retour au bureau après votre retour. »

Les employés qui télétravaillent depuis 14 jours déjà après un voyage sont informés qu’ils peuvent retourner au bureau – «à condition que vous ne présentiez absolument aucun symptôme et qu’aucun membre de votre famille n’ait été infecté».

L’e-mail réitère également les conseils selon lesquels le personnel qui se sent mal ou qui ne se sent pas bien devrait s’isoler à la maison – exhortant ceux qui peuvent avoir des symptômes pseudo-grippaux mais qui ne se sentent pas trop mal à travailler pour «demander le télétravail».

Les activités non liées aux fonctions essentielles du Parlement ont également été annulées pendant trois semaines à compter du 3 mars, et l’accès des visiteurs des régions touchées a également été bloqué.

Dans un e-mail séparé sur le coronavirus envoyé hier au personnel de la Commission européenne, le commissaire Johannes Hahn réitère l’importance que les employés prennent des mesures de précaution – telles que des normes élevées d’hygiène des mains, le remplacement des missions par vidéoconférence et «plus de poignée de main ou de baisers» .

«Je vous encourage à suivre ces mesures car elles contribuent à nous protéger tous», écrit-il. «Je souhaite rappeler notre principe de base selon lequel le personnel présentant des symptômes doit rester à la maison.»

Par ce courrier électronique, le personnel de la Commission en Italie continue de se voir proposer des options de télétravail avec ce que Hahn décrit comme «la flexibilité nécessaire dans ces circonstances exceptionnelles conformément aux mesures des pays d’accueil».

Alors que le personnel revenant de voyages dans les régions touchées du nord de l’Italie est «invité au télétravail pendant 14 jours à son retour». Bien que l’e-mail indique que ce décret ne s’applique pas rétroactivement – et le personnel qui est retourné au travail la semaine dernière dans l’une des régions touchées est expressément informé qu’il peut venir travailler.

«Vous êtes invité à surveiller votre état de santé jusqu’à 14 jours après votre retour. Si vous développez des symptômes, vous devez rester à la maison », est la suggestion alternative.

La note au personnel de la Commission fait également référence à un membre du personnel de la Commission qui s’est révélé positif la semaine dernière.

«Permettez-moi de souligner que les mesures de précaution nécessaires ont déjà été prises la semaine dernière pour protéger le collègue et les autres – et je peux vous assurer que nous continuerons de le faire. Comme nous participons tous à la vie publique, personne ne peut exclure que davantage de collègues pourraient être affectés à l’avenir. Par conséquent, je vous invite tous à gérer ces situations avec soin et compréhension », écrit Hahn.

L’e-mail met également en évidence une fermeture de l’école de deux jours dans une école européenne anonyme qui attendait les résultats des tests d’un enfant. Dans ce cas, le test a été négatif, et l’école rouvrira cette semaine, mais Hahn ajoute: « Naturellement, des modalités de travail flexibles seront facilitées dans de tels cas. »

Nous avons contacté la Commission européenne pour lui poser des questions supplémentaires sur son approche de la lutte contre le COVID-19, notamment pour lui demander si elle a des plans d’urgence pour étendre le télétravail à du personnel supplémentaire.

Traduit de l’anglais de https://techcrunch.com/2020/03/09/european-parliament-tells-vulnerable-staff-to-telework-to-shrink-covid-19-risk/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.