La Terre se dirige vers sa deuxième année la plus chaude de l'histoire enregistrée (le record était il y a trois ans) – TechCrunch

Les données du gouvernement américain semblent certainement indiquer que la Terre se réchauffe (malgré ce que les dirigeants actuels pourraient dire).

Apparemment, le monde vient de connaître le deuxième mois d’octobre le plus chaud jamais enregistré et est sur la voie de la deuxième année la plus chaude jamais enregistrée, selon les données de la National Oceanic and Atmospheric Administration.

Non seulement nous vivons une période d’octobre chaud (c’est la dixième année où les températures ont atteint des sommets sans précédent depuis 2003 et les cinq années les plus chaudes ont été enregistrées au cours des cinq dernières années), mais la glace arctique a plus faible depuis le début des enregistrements satellites en 1979.

Alors que l’administration Trump adopte des politiques visant à inverser la tendance en matière de réduction des émissions, ce qui semble entraîner un climat mondial en mutation, les agences fédérales comme la NOAA publient sans cesse des rapports qui révèlent à quel point la planète est en train de changer.

Au début de ce mois, le secrétaire d’État Mike Pompeo a entamé le processus de retrait officiel des États-Unis de la Accord sur le changement climatique. Comme pour la plupart des événements mémorables de l'administration, le monde a été informé via Twitter.

Le secrétaire général Pompeo a salué l’approche adoptée par le pays pour «réduire toutes les émissions», mais l’Europe, l’Afrique, l’Océanie, les Caraïbes et les îles Hawaii ont atteint des records de température sans précédent et la température moyenne de la surface de la mer a atteint la deuxième plus chaude jamais enregistrée.

Dans le même temps, de nouvelles projections révisent le risque auquel les villes sont exposées en raison de l'élévation du niveau de la mer provoquée par la fonte des glaciers due à la hausse des températures.

Les cartes créées par l'organisme de recherche Climate Central et publiées dans la revue Nature Communications indiquent que la montée des mers pourrait submerger un territoire peuplé actuellement de 150 millions de personnes à marée haute d'ici 2050, si aucune mesure n'est prise pour améliorer la résilience des villes. d'inonder ou d'inverser le cours sur le climat.

Même la Réserve fédérale prend conscience des risques liés au changement climatique. Le régulateur responsable de la politique monétaire américaine a organisé un événement plus tôt ce mois-ci pour se concentrer sur les impacts financiers du changement climatique.

"En participant plus activement à la recherche et aux pratiques liées au climat, la Réserve fédérale peut soutenir plus efficacement une économie forte et un système financier stable", a déclaré Lael Brainard, membre du conseil d'administration de la Fed à Washington. même événement, selon un rapport de Le New York Times.



Traduit de la source : https://techcrunch.com/2019/11/18/earth-is-headed-for-its-second-warmest-year-in-recorded-history-the-record-was-three-years-ago/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.