Facebook lance un outil de portabilité des photos, à partir d'Irlande – TechCrunch

Ce n'est pas de la portabilité d'amis, mais Facebook a annoncé aujourd'hui le lancement d'un outil de transfert de photos permettant aux utilisateurs de son réseau social de transférer leurs photos directement au service de stockage de photos de Google, via un transfert crypté.

La fonctionnalité de portabilité des photos est initialement proposée à Facebook en Irlande, où se trouve le siège international de la société. Facebook dit qu'il teste et peaufine encore la fonctionnalité sur la base des commentaires reçus, mais prévoit une «disponibilité mondiale» pour le premier semestre 2020.

Il suggère également que le transfert vers d'autres services de stockage de photos sera pris en charge à l'avenir, en plus de Google Photos – qui spécifie quels services il peut chercher à ajouter.

Facebook affirme que l'outil est basé sur du code développé via sa participation au projet de transfert de données – un effort de collaboration démarré l'année dernière et actuellement soutenu par cinq géants de la technologie (Apple, Facebook, Google, Microsoft et Twitter) qui se sont engagés à créer cadre avec code source ouvert pouvant connecter deux fournisseurs de services en ligne quelconques, permettant une portabilité transparente, directe et initiée par l'utilisateur, des données entre les deux plates-formes ».

Facebook cite également un livre blanc publié en septembre, dans lequel il préconise des «règles claires» pour régir les types de données qui devraient être transférables et «qui est responsable de la protection de ces données lors de leur transfert à différents fournisseurs».

Derrière toutes ces mesures se cache bien sûr la menace imminente d’une réglementation antitrust, les législateurs et les agences des deux côtés de l’Atlantique surveillant de près l’emprise des plates-formes sur les marchés, les yeux et les données.

C’est pourquoi le livre blanc de Facebook décrit les outils de portabilité comme «contribuant à maintenir la concurrence parmi les services en ligne». (Cependant, si le "choix" proposé est de choisir un autre géant de la technologie pour obtenir des données qui ne vont pas redynamiser la concurrence.)

Il est certainement vrai que la portabilité des données téléchargées par les utilisateurs peut être utile pour encourager les utilisateurs à penser qu’ils peuvent quitter un service dominant.

Mais c’est aussi un peu un écran de fumée – surtout quand A) la plate-forme en question est un réseau social comme Facebook (parce que ce sont les gens qui gardent les autres bloqués sur ce type de services); et B) la plate-forme conserve la valeur dérivée des données, que les photos voyagent ou non ailleurs.

Facebook traite les données téléchargées par les utilisateurs, telles que les photos, afin d'obtenir des informations personnelles permettant de profiler les utilisateurs à des fins de ciblage des annonces. Ainsi, même si vous envoyez vos photos ailleurs, cela ne diminue en rien ce que Facebook a déjà appris à votre sujet, après avoir traité vos selfies, groupies, photos de bébé, photos d'animaux domestiques, etc. (Il a également conçu l'outil de portabilité pour envoyer une copie des données; ergo, Facebook conserve toujours vos photos, sauf si vous prenez des mesures supplémentaires, telles que la suppression de votre compte.)

La société ne propose aucun contrôle aux utilisateurs (outils de portabilité ou droits d’accès) sur les déductions faites à partir de données personnelles telles que des photos.

Ou encore de contrôler les informations recueillies grâce à son analyse de l’utilisation de la plate-forme par les utilisateurs ou à une navigation plus large sur Internet (Facebook suit les utilisateurs et les non-utilisateurs sur le Web via des outils tels que les plug-ins sociaux et les pixels de suivi).

Étant donné que son activité de publicité ciblée est alimentée par une vaste activité de suivi (traitement de données à caractère personnel), Facebook a peu de risques de proposer une fonctionnalité de portabilité enfouie dans un sous-menu quelque part permettant à quelques utilisateurs avertis de cliquer pour envoyer. une copie de leurs photos à un autre géant de la technologie.

En effet, il peut espérer bénéficier de ports entrants similaires provenant d’autres plates-formes à l’avenir.

«Nous espérons que ce produit peut aider à faire avancer les conversations sur les questions de confidentialité identifiées dans notre livre blanc», écrit Facebook. "Nous savons que nous ne pouvons pas y parvenir seuls. Nous encourageons donc les autres entreprises à rejoindre le projet de transfert de données afin d'élargir les options offertes aux utilisateurs et de continuer à faire progresser l'innovation en matière de portabilité des données."

Les régulateurs de la concurrence qui cherchent à redynamiser les marchés numériques devront creuser des fondations sous-jacentes à de telles initiatives intéressées s'ils veulent disposer d'une méthode efficace pour limiter le pouvoir des plates-formes.

Traduit de la source : https://techcrunch.com/2019/12/02/facebook-launches-a-photo-portability-tool-starting-in-ireland/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.