Avast ferme son bras de collecte de données après avoir été pris en flagrant délit

Quelques jours à peine après la révélation du célèbre logiciel antivirus d'Avast, qui collectait les données de navigation et les vendait aux annonceurs, la société a annoncé la fermeture de la filiale qui avait rendu cela possible. Dans un article de blog, le PDG de la société, Ondrej Vlcek, a déclaré qu'Avast mettait fin à la collecte de données et aux opérations de sa filiale Jumpshot «avec effet immédiat» et ne mentionnait aucun projet de transfert des «centaines» d'employés concernés de l'entreprise, ce qui signifie qu'ils sont susceptibles sans emploi.

«La protection des personnes est la priorité absolue d’Avast et doit être intégrée dans tout ce que nous faisons dans notre entreprise et dans nos produits. Tout le contraire est inacceptable », a écrit Vlcek. «Pour ces raisons, j'ai décidé, avec notre conseil d'administration, de mettre fin à la collecte de données Jumpshot et de suspendre les opérations de Jumpshot, avec effet immédiat.»

Les rapports, qui sont le résultat d'une enquête conjointe entre Carte mère et PCMag, a expliqué comment Avast collectait les données de navigation des utilisateurs via son logiciel antivirus. Ces données comprenaient des recherches Google, des recherches de position, des URL visitées avec des horodatages précis et, dans certains cas, même des recherches spécifiques effectuées sur des sites Web pornographiques. Bien qu'Avast ait affirmé que les utilisateurs individuels ne pouvaient pas être identifiés à partir de ces données, Carte mère s'est entretenu avec des experts qui ont déclaré que cela pourrait être possible dans certains cas.

Jumpshot prétendait disposer de données provenant de près de 100 millions d'appareils, et il répertorie certaines des plus grandes entreprises du monde parmi ses clients, dont Google, Yelp, Microsoft et Pepsi. Jumpshot regrouperait ces données dans différents produits, dont l'un était son «All Click Feed», qui permettrait à ses clients de voir tous les clics des utilisateurs sur des domaines individuels (comme Amazon.com). Ces clients auraient payé des millions de dollars pour les produits Jumpshot, qui comprenaient souvent des données de navigation précises.

Bien qu'Avast ait annoncé la fin de Jumpshot, Vlcek a défendu la manière dont l'entreprise a collecté les données. En plus de souligner que Jumpshot fonctionnait en tant qu'entreprise indépendante, il a déclaré qu'Avast et Jumpshot avaient agi «dans les limites légales» et «se sont engagés à respecter à 100% le RGPD».

Traduit de la source : https://www.theverge.com/2020/1/30/21115326/avast-jumpshot-subsidiary-suspended-data-collection-selling-ceo-blog-post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.