Amazon Q1 bat sur des ventes nettes de 75,5 G $ mais affiche un revenu net de 2,5 G $, en baisse de 1 G $ par rapport à il y a un an

Amazon a été l’un des plus grands noms synonymes de la façon dont les masses de consommateurs vivent sous le verrouillage: son site vous permet d’acheter tout, de la soupe aux noix, des livres aux casseroles pour tous vos levains; et via ses services de streaming, il vous offre de nombreuses façons de vous divertir. Mais cela peut également être une source de grande frustration lorsque vous ne pouvez pas réserver de créneaux pour les livraisons ou que vous êtes confronté à une armée de vendeurs qui essaient de vous tarir des articles chauds comme des masques ou du papier toilette.

Aujourd’hui, la société a publié des résultats du premier trimestre qui ont dépassé le premier de ceux-ci, mais au détriment de la rentabilité car elle travaille pour servir le public dans un tout nouvel ensemble de conditions difficiles.

La société a déclaré des ventes nettes de 75,5 milliards de dollars, en hausse de 26% par rapport à il y a un an, une énorme augmentation par rapport aux 59,7 milliards de dollars qu’elle a réalisés en ventes nettes au premier trimestre de l’année dernière. En effet, 41 milliards de dollars de la somme étaient attribuables aux ventes de produits et 33 milliards de dollars aux services (qui incluent AWS, mais aussi le streaming et d’autres biens non physiques).

Mais le bénéfice par action a pris un coup, avec un BPA de base à 5,09 $ et un BPA dilué à 5,01 $, et un bénéfice net en baisse à 2,535 milliards de dollars contre 3,561 milliards de dollars il y a un an.

Le bénéfice d’exploitation a également diminué, à 4 milliards de dollars, contre un bénéfice d’exploitation de 4,4 milliards de dollars au même trimestre l’an dernier.

Les analystes étaient en moyenne attendant BPA de 6,25 $ sur des revenus de 73,61 milliards de dollars de ventes. C’était une répétition du modèle que nous avons vu des revenus d’eBay hier, bien qu’à une échelle beaucoup, beaucoup plus grande.

En plus de tout cela, la société a fourni des indications indiquant qu’elle pourrait basculer dans une perte d’exploitation au T2. Il a déclaré qu’il s’attendait à des ventes nettes comprises entre 75,0 milliards de dollars et 81,0 milliards de dollars, soit une croissance entre 18% et 28% par rapport au deuxième trimestre 2019 (mais largement stable par rapport à ce trimestre). Mais ole revenu courant devrait se situer entre 1,5 et 1,5 milliard de dollars, contre 3,1 milliards il y a un an. « Ces indications supposent environ 4,0 milliards de dollars de coûts liés à COVID-19 », compagnie m’a dit.

Les résultats ont envoyé à Amazon stock en baisse de près de 5% dans le trading après les heures normales.

Jeff Bezos, le fondateur et PDG coloré d’Amazon, a reconnu les défis auxquels le puissant Amazon est confronté, mais a également réitéré, à l’instar des recommandations du deuxième trimestre, que la société prévoit de doubler ses dépenses pour faire face au service des personnes pendant la pandémie de COVID-19, quoi que cela puisse apporter. C’est une longue déclaration (dans ce qui est un communiqué de presse très, très verbeux dans l’ensemble):

Des achats en ligne à AWS en passant par Prime Video et Fire TV, la crise actuelle démontre l’adaptabilité et la durabilité des activités d’Amazon comme jamais auparavant, mais c’est aussi la période la plus difficile que nous ayons jamais connue. Nous sommes inspirés par tous les travailleurs essentiels que nous voyons faire leur travail – infirmières et médecins, caissiers d’épicerie, policiers et nos propres employés extraordinaires de première ligne. Le service que nous fournissons n’a jamais été aussi critique, et les personnes qui travaillent en première ligne – nos employés et tous les sous-traitants tout au long de notre chaîne d’approvisionnement – comptent sur nous pour assurer leur sécurité pendant leur travail. Nous n’allons pas les laisser tomber. Fournir aux clients et protéger les employés alors que cette crise se poursuit pendant des mois va demander des compétences, de l’humilité, de l’invention et de l’argent. Si vous êtes actionnaire d’Amazon, vous voudrez peut-être vous asseoir, car nous ne pensons pas petit. Dans des circonstances normales, au cours du deuxième trimestre à venir, nous nous attendons à réaliser quelque 4 milliards de dollars ou plus de bénéfice d’exploitation. Mais ce ne sont pas des circonstances normales. Au lieu de cela, nous nous attendons à dépenser la totalité de ces 4 milliards de dollars, et peut-être un peu plus, en dépenses liées à COVID pour acheminer les produits aux clients et assurer la sécurité des employés. Cela comprend des investissements dans des équipements de protection individuelle, un nettoyage amélioré de nos installations, des processus moins efficaces qui permettent mieux une distanciation sociale efficace, des salaires plus élevés pour les équipes horaires et des centaines de millions pour développer nos propres capacités de test COVID-19. Il y a beaucoup d’incertitude dans le monde en ce moment, et le meilleur investissement que nous puissions faire est dans la sécurité et le bien-être de nos centaines de milliers d’employés. Je suis convaincu que nos actionnaires orientés vers le long terme comprendront et adopteront notre approche, et qu’en fait ils n’en attendraient pas moins.

À noter: Amazon Web Services a représenté 10,2 milliards de dollars de ventes, en hausse de 33% par rapport au même trimestre il y a un an. L’Amérique du Nord représente environ 44 milliards de dollars des ventes nettes de l’entreprise, contre 19 milliards de dollars pour le segment international.

Et si les services ne dépassent pas encore tout à fait les ventes de produits, la société constate une croissance beaucoup plus rapide de ses revenus de services, à 33% contre 22%. Les services incluent non seulement le streaming vidéo, mais la livraison d’épicerie et d’autres produits payants non physiques fournis par Amazon.

À une époque où nous avons vu des dizaines de milliers de personnes licenciées dans le secteur de la technologie, Amazon a été l’une des rares entreprises à embaucher, en particulier pour recruter 100 000 travailleurs supplémentaires dans les entrepôts et son réseau logistique pour répondre à la demande croissante de acheteurs. Cependant, cela n’a pas toujours été facile, avec des accusations de mauvaises conditions de travail et potentiellement dangereuses pour la santé.

Cela a été un problème épineux pour l’entreprise, il n’est donc pas surprenant que dans son rapport sur les résultats, il ait rappelé aux investisseurs qu’il avait fait « plus de 150 changements de processus importants dans notre réseau d’exploitation et dans les magasins Whole Foods Market pour aider les équipes à rester en bonne santé – et nous effectuons des audits quotidiens des mesures que nous avons mises en place. « 

Il a également noté qu’il avait acheté 100 millions de masques faciaux (probablement pas sur Amazon lui-même, où il est très difficile de trouver des masques économiques) et exigent qu’ils soient portés par tous les associés, chauffeurs et personnel de soutien de notre réseau d’exploitation. «Nous avons acheté plus de 1 000 caméras thermiques et 31 000 thermomètres, que nous utilisons pour effectuer des vérifications de température quotidiennes obligatoires pour les employés et le personnel de soutien dans l’ensemble de nos sites d’exploitation et de nos magasins Whole Foods Market», a-t-il noté.

Ces caméras thermiques ont également été un sujet de controverse: Reuters cette semaine signalé que ces caméras provenaient de Dahua, une entreprise chinoise actuellement mise sur liste noire par le gouvernement américain.

Plus à venir.

Traduit de l’anglais de https://techcrunch.com/2020/04/30/amazon-q1-beats-on-net-sales-of-75-5b-but-posts-net-income-of-2-5b-down-1b-on-a-year-ago/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.